lemanagerprecieux

lemanagerprecieux

Elle le pousse hors du lit car il ronflait: une cruelle nouvelle l'attendra au réveil

Elle le pousse hors du lit car il ronflait: une cruelle nouvelle l'attendra au réveil

Lisa Lee, une citoyenne d'Ashington (nord de l'Angleterre), a poussé son petit ami hors du lit à cause de ses ronflements. En allumant la lumière au réveil, elle a découvert le corps sans vie de Lewis Little. Ce jeune homme de 25 ans souffrait du syndrome de Brugada, indique The Sun.

Le syndrome de Brugada est une maladie rare caractérisée par une atteinte cardiaque. Il se traduit généralement par une accélération du rythme cardiaque (arythmie). Cette intensification du rythme cardiaque peut se traduire par la présence de palpitations et d'évanouissements. Elle peut parfois être létale.

 

"Son visage était tout mauve"
C'est le calvaire subi par Lewis Little (25 ans). La nuit de son décès, à cause de ses ronflements, il avait été poussé hors du lit par sa petite amie.

"Au réveil, j'ai senti que les draps étaient humides. J'ai rapidement compris que quelque chose clochait. J'ai allumé la lumière. Son visage était tout mauve. Il ne respirait plus", se souvient Lisa Lee dans The Sun.

"C'est un tueur silencieux"
En urgence, Lisa Lee a appelé l'ambulance mais il était déjà trop tard pour son compagnon. "Sa mort a officiellement été déclarée à l'hôpital. Sa disparition a vraiment ruiné ma vie, et celle de notre fils Tyler."

Lisa Lee, 25 ans, a lancé une pétition pour aider les personnes souffrant du syndrome de Brugada. "Un défibrillateur aurait pu sauver la vie de mon petit ami. Ce syndrome est un tueur silencieux. Je veux juste attirer l'attention pour empêcher une nouvelle tragédie", conclut-elle.

*Le syndrome de Brugada est une maladie génétique rare caractérisée par un sus-décalage du segment ST au niveau des dérivations précordiales droites V1, V2 et V3, et un aspect de bloc de branche droit à l'électrocardiogramme associés à un risque élevé d'arythmie ventriculaire pouvant entraîner syncope et mort subite, sur un cœur structurellement sain. La transmission se fait sur un mode autosomique dominant et la pénétrance est variable. Des mutations génétiques entraînent des anomalies au niveau des canaux ioniques. L'âge moyen du premier épisode clinique est de 40 ans, avec une forte prédominance masculine. La prévalence estimée est d'environ 1/1000 dans les pays asiatiques, probablement plus faible ailleurs. Le pronostic est grave chez les patients présentant des symptômes et la mort subite peut être prévenue par la pose d'un défibrillateur automatique.

(source: imatin.net)

 

 



27/02/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 91 autres membres