lemanagerprecieux

lemanagerprecieux

Grossesse nerveuse, une grossesse sans bébé!

La grossesse nerveuse déclenche les symptômes de la grossesse sans que la femme soit enceinte. Quels en sont les causes et les risques ? Comment y remédier ? 

Grossesse nerveuse, une grossesse sans bébé

 

Les symptômes sont bien présents, mais le bébé, lui, ne l'est pas. La grossesse nerveuse (ou pseudocyesis) est un phénomène qui déclenche toutes les manifestations classiques de la grossesse chez une femme qui n'est pas enceinte. "D'un point de vue purement médical, la grossesse nerveuse n'existe pas. Ce terme revêt d'ailleurs une consonance souvent péjorative. Il s'agit principalement de femmes ayant un retard de règle important (aménorrhée), accompagné de signes pouvant évoquer une grossesse (gonflement des seins, prise de poids...,) mais n'étant pas enceintes » nous explique le docteur Teddy Linet, gynécologue-obstétricien à Challans (Vendée). Le diagnostic de ce trouble consiste simplement à réaliser un test de grossesse (urinaire ou sanguin) ou une échographie qui permettra de confirmer ou d'infirmer la présence d'un fœtus. "Si le test est négatif, il est possible d'avoir à rechercher des causes, surtout si les délais sont longs (par exemple moins de huit épisodes de règles par an)" souligne le gynécologue.

Les hormones souvent en cause dans la grossesse nerveuse

Et justement, quels facteurs peuvent mener à déclencher de tels symptômes ? Première cause, et la plus probable : les dérèglements hormonaux. Parmi eux, le syndrome prémenstruel , un problème hormonal très fréquent après 35 ans, peut-être incriminé. "Il donne des seins tendus, des nausées, une prise de poids pouvant être significative, des troubles de l'humeur... autant de signes qui évoquent la grossesse. Il ne donne pas obligatoirement de retard de règles, mais lorsque celui-ci est là en plus, difficile de faire la part des choses avec une vraie grossesse !" détaille le docteur Linet. Toujours dans la catégorie des causes hormonales, certaines maladies peuvent déclencher des fausses alertes de grossesse. C'est le cas du syndrome des ovaires polykystiques , un dérèglement hormonal qui conduit à des absences d'ovulation, ou encore d'un dysfonctionnement des zones du cerveau qui régulent le cycle menstruel (hypothalamus et hypophyse). C'est pourquoi la grossesse nerveuse peut concerner toutes les femmes, "notamment les femmes de plus de 35 ans et en préménopause pouvant connaître des syndromes prémenstruels et des cycles longs, et ce plusieurs fois par an" avertit le gynécologue. Enfin, cas hormonal le plus extrême : celui de l'hyperprolactinémie qui consiste en une surproduction de prolactine par l'hypophyse. "La prolactine est une hormone qui sert notamment pendant l'allaitement. En quantité trop élevée, elle bloque le cycle menstruel. Dans certains cas, elle peut entraîner une augmentation du volume des seins et parfois même... une production de lait" expose le docteur Linet. Tous ces symptômes peuvent alors laisser croire à une grossesse. Sous contraception hormonale oestroprogestative(pilule, anneau, patch), de tels symptômes restent rares car les règles, qui surviennent généralement à l'arrêt de la contraception, y mettent fin. "Mais sous microprogestatifs (micropilule, SIU - appelé aussi stérilet hormonal - ou implant) il est possible d'avoir des périodes sans règles et un syndrome prémenstruel qui peut donner ce genre de signes » confie le gynécologue.

Mettre fin aux symptômes trompeurs

En cas de grossesse nerveuse attribuable à un syndrome prémenstruel, "les femmes ayant plus de quatre cycles par an ne risquent normalement pas grand-chose". Néanmoins, les femmes ayant des ovaires polykystiques doivent faire l'objet d'un suivi plus prononcé car "elles peuvent parfois avoir plus tard des problèmes de fertilité , de pilosité, de diabète , de cholestérol mais ce n'est pas obligatoire" rassure le docteur Teddy Linet. Mais même si les risques pour la femme qui fait une grossesse nerveuse sont faibles, il peut être important de soulager l'inconfort et d'atténuer les symptômes mensongers. "Le cas le plus fréquent est le syndrome prémenstruel... et il se résout tout seul lorsque les règles arrivent" éclaire le docteur Teddy Linet. Ces femmes doivent donc s'armer de patience. Pour mettre fin aux grossesses nerveuses causées par des troubles hormonaux, il existe des médicaments adaptés. "Les problématiques étant essentiellement hormonales, une médication peut être nécessaire si cela dérange la patiente ou si les cycles sont vraiment trop peu nombreux" révèle le gynécologue.

Grossesse nerveuse et psychologie

Dans certains contextes, un suivi psychologique pourra aussi soulager les femmes souffrant de grossesse nerveuse. "Une femme ayant des problèmes de fertilité, des signes de grossesse marqués et des retards de règles fréquents aura très certainement beaucoup plus de mal à vivre ces périodes où elle croit être enceinte "pour de vrai". D'autant plus pour le syndrome prémenstruel au cours duquel les patientes peuvent avoir des réactions agressives ou dépressives" souligne le gynécologue.

Par ailleurs, les grossesses nerveuses peuvent parfois être associées à des troubles psychologiques comme desdépressions , des troubles bipolaires ou schizophréniques. En effet, chez les femmes souffrant de tels troubles, la grossesse nerveuse n'est pas rare, surtout si elle est soignée par des médicaments antipsychotiques qui peuvent dans certains cas favoriser des symptômes de grossesse : "en inhibant la sécrétion de dopamine [un neurotransmetteur], ces médicaments peuvent augmenter les niveaux de prolactine jusqu'à produire une aménorrhée, un gonflement ou une sensibilité des seins, et un écoulement de lait par le mamelon, analogues à ceux d'une grossesse. Et les antipsychotiques sont associés à une prise de poids qui détend l'abdomen et s'ajoute à la perception erronée de la grossesse" explique le docteur Mary Seeman, psychiatre à l'université de Toronto, dans une étude publiée en 2014 dans la revue World Journal of Clinical Cases.

Même en l'absence de troubles psychologiques, la conception et la grossesse restent des périodes riches en émotions et en transformations hormonales, qui peuvent bouleverser plus d'une femme.

(source: topsante)



26/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 87 autres membres