lemanagerprecieux

lemanagerprecieux

connaissez vous votre index glycémique? attention à votre alimentation

L’index glycémique, qu’est ce donc ? 

L’index glycémique est un terme encore largement méconnu du grand public. Pourtant, c’est un indice qu’il faut connaître, dans le cadre d’une alimentation saine, et donc d’une perte de poids durable.  Le fonctionnement de cet outil est des plus simples : il permet de classer les aliments contenant des glucides en fonction de leur effet sur le taux de sucre dans le sang, la fameuse glycémie. Ainsi, plus l’index est élevé, plus il y aura des variations brutales du taux de glycémie.

Quels aliments pour quel index glycémique ?

L’échelle de valeurs de l’index glycémique est elle aussi très facile de compréhension. On considère un index glycémique comme faible en dessous de 35, moyen entre 35 et 50, élevé au-dessus de 50. Voici quelques exemples d’aliments de votre quotidien avec leurs index glycémiques respectifs :

Ont un index glycémique faible les fruits frais, le chocolat noir teneur en cacao supérieure à 75%, les haricots cocos, les choux de toutes sortes, les légumes verts en général, pourvu qu’on les cuisent à la vapeur.

Ont un index glycémique moyen le riz complet, les pâtes complètes, les pommes de terre encore une fois à la vapeur, la banane.

Ont un index glycémique fort les produits raffinés en général (riz blanc, pâtes blanches), les produits contenant du glucose (index glycémique 100). De façon globale, notez que plus un produit est raffiné, industrialisé, plus son index glycémique sera élevé. Au passage, la bière contient du maltose, d’un index supérieur à 100 !

L’index glycémique pour favoriser la perte de poids

Les variations brutales du taux de glycémie dans le sang ont des effets particulièrement néfastes. Tout se joue dans l’enchainement des réactions physiologiques qu’une consommation d’aliments à fort index glycémique va entrainer. En effet, lorsque le taux de glycémie augmente soudainement, les capteurs situés le long de la langue et de l’œsophage vont immédiatement signaler une arrivée massive de sucre au cerveau. Celui-ci envoie alors un message au pancréas pour faire baisser ce taux de sucre soudainement élevé : c’est la sécrétion d’insuline. Votre taux de sucre est donc « artificiellement » plus bas. Or le cerveau, énorme consommateur de glucose, se retrouve alors en situation de manque. Il va réclamer à corps et à cri du sucre. C’est l’hypoglycémie réactionnelle. Vous savez, cette envie que vous avez de vous jeter sur le premier aliment sucré qui vient ?

C’est alors la foire aux craquages. Bonbons, sodas, barres chocolatées, tout y passe. Ce qui est bien entendu catastrophique, puisque vous recommencez le même schéma ! Plus vous consommez de sucres rapides, plus votre cerveau en réclamera, plus vous sécréterez de l’insuline, plus vous craquerez à nouveau. Au passage, sachez que l’insuline est l’hormone du stockage du gras. Pour peu que vous mangiez du chocolat au lait, riche en lipides, et vous voilà à stocker du gras à tour de bras. Difficile dans ces conditions de combattre la cellulite, par exemple.

Céréales industrielles, attention danger

Un dernier point, et non des moindres. Il s’agit de mettre les choses au clair concernant les céréales industrielles. Dans la liste que j’ai dressée, vous avez sans doute repéré des céréales, tel que le riz. Vous vous dites : « très bien, je continue à manger le matin mes céréales que j’ai achetées au supermarché. » Grave erreur. Ces céréales sont ultra-raffinées. On leur retire leur enveloppe, riche en nutriments bénéfiques, et on les couvre de glucose (index 100)! C’est donc tout sauf le bon pari pour un petit déjeuner équilibré, et surtout le meilleur moyen de souffrir d’une hypoglycémie réactionnelle vers 10 heures du matin.



21/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 87 autres membres