lemanagerprecieux

lemanagerprecieux

Médicaments : il ne faut pas écraser ses comprimés

Certains patients ont du mal à avaler leurs médicaments. Une pratique courante, en particulier lors de soins aux enfants ou aux personnes âgées, consiste alors à écraser les pilules ou ouvrir les gélules pour en mélanger la poudre à des aliments. Une mauvaise idée, car cela peut modifier totalement le traitement.

Medicaments-il-ne-faut-pas-ecraser-ses-comprimes_exact441x300.jpg

Le principal danger de cette pratique est l'inefficacité du médicament. En l'émiettant, on risque d'en laisser un peu de côté et de réduire ainsi la dose nécessaire. De plus, certains principes actifs ne supportent pas d'être exposés à la lumière ou à l'air. Parfois, l'acidité de la molécule peut être modifiée, ou sa stabilité compromise, par la température de l'aliment dans lequel le remède est mélangé. De même, le calcium du yaourt est susceptible de dégrader certains principes actifs. Sans compter que les médicaments écrasés donnent un mauvais goût à la nourriture, au risque de couper l'appétit des personnes âgées ou malades et d'entraîner une dénutrition, comme alertait le CHU de Nice en juillet dernier.

Chaque médicament a une galénique particulière

La galénique est la science de la présentation et de la diffusion des molécules actives, qui influencent la façon dont elles sont absorbées par l'organisme. Ainsi, les remèdes gastro-résistants ont été conçus pour traverser l'estomac sans être altérés par l'environnement très acide, afin de ne libérer leurs principes actifs qu'au niveau de l'intestin. Les prendre sans leur coque protectrice, c'est l'assurance de leur inefficacité. Une étude du CHU de Rouen fait apparaître que pilonner les remèdes les rend inefficaces quatre fois sur dix. D'autres médicaments dits à libération prolongée (tels certains antidouleur) sont formulés spécialement pour ne pas être absorbés d'un coup par l'organisme. Leur enrobage contient des excipients qui, sans avoir d'utilité médicale à proprement parler, servent à modifier la vitesse d'absorption du médicament. Si l'on consomme un tel produit en poudre, il agira entièrement dès la première heure. Il risque alors de se retrouver surdosé, puis ne plus faire effet par la suite, alors que son action était censée durer plusieurs heures. Ainsi, même si la réduire en poudre semble aider à avaler la pilule, ce geste est loin d'être anodin. Pour éviter sous ou surdosage, mieux vaut demander au pharmacien une autre forme galénique, tels que solution buvable, comprimés effervescents ou orodispersibles.

(source: top



14/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 87 autres membres